Les armoiries

Doigt droit reliure grande turbine

 Les armoiriesL’utilisation des armoiries apparait au XIIe siècle au sein de la chevalerie.  L’équipement militaire rendant impossible l’identification des chevaliers, ceux-ci peignent des marques distinctives sur leurs boucliers.Cette pratique de personnalisation se diffuse dans l’ensemble de la société (aristocratie, bourgeoisie, corporation, communauté…) et sur de nombreux supports.

Codifiées afin de permettre une lecture rapide, les armoiries comprennent l’écu (le support), les armes (désignant la personne, la famille), parfois un monogramme (initiales entremêlées) et les ornements extérieurs (donnant une indication : couronne, collier d’ordre…).  

Les armoiries prennent place sur les reliures à partir de la Renaissance. François Ier est le premier à faire apposer de façon systématique ses armes sur les ouvrages de sa bibliothèque. Cette pratique se généralise à la fin du XVIe siècle pour devenir courante.

Dorées à chaud au fleuron ou à la plaque, la plupart du temps au centre des plats, parfois sur le dos, elles peuvent être placées seules ou dans une composition complexe.